Le Fonds MATCH au Sous-comité des droits internationaux de la personne du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international

Les femmes défenseures des droits humains (FDDH), ainsi que les défenseurs des droits LGBTIQ se battent tous les jours pour les droits des femmes et des filles. Des militantes courageuses, telles que Anielle Franco du Brésil et Jay, qui oeuvre avec notre partenaire FEMA en Ouganda. La soeur d’Anielle, Marielle Franco, était une ardente défenseure de jeunes, de communautés noires et pauvres, et de personnes LGBTIQ. Elle a été assassinée l’année dernière. Pourtant, Anielle continue de prendre parole pour les mêmes causes que sa soeur et incite à la justice. Jay dirige Fem Alliance (FEMA), un organisme qui crée des espaces sécuritaires pour les personnes LBT qui font face à la discrimination et à la violence en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité sexuelle.

Nous savons que les FDDH doivent surmonter des défisauxquels tous les défenseurs de droits humains font face. De plus, elles doivent affronter de la discrimination, du harcèlement et des défis qui découlent directement de leur sexe. Elles sont punies parce qu’elles bravent les normes sociales et qu’elles prennent parole. Elles sont harcelées et trollées sur l’Internet. Elles sont menacées de violence sexuelle.

C’est pourquoi, avec le Nobel Women’s Initiative, nous avons appelé le Sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes à effectuer une étude en vue de déterminer comment le Canada pourrait mieux soutenir ces courageuses défenseures autour du monde.

En janvier, le Sous-comité a répondu à notre appel et a lancé une étude.

Le 29 janvier, Beth Woroniuk, notre responsable politique, et Rachel Vincent, du Nobel Women’s Initiative, ont comparu devant le sous-comité. Nous avons expliqué pourquoi cette étude est d’actualité, exposé quelques-uns des défis auxquels les FDDH et les défenseures LGBTIQ font face, ainsi que les éléments-clés sur lesquels le Sous-comité devrait se pencher dans son étude. La vidéo de cette session peut être visionnée ici.

Nous proposons des défenseures de première ligne que le Sous-comité devrait entendre et nous allons suivre le Sous-comité de près alors qu’il progresse avec l’étude.