Le seul fonds mondial pour les femmes du Canada annonce son cycle de subvention le plus important jusqu’à présent

Le Fonds MATCH international pour la femme donnera son soutien à 27 nouveaux partenaires en 2019, avec un accent sur les groupes féministes en Afrique francophone, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

(OTTAWA – 4 février 2019) Aujourd’hui, dans le cadre du lancement de la Semaine du développement international, Le Fonds MATCH international pour la femme (le Fonds MATCH) a annoncé les 21 nouveaux organismes partenaires qui recevront son financement et son appui en 2019 et au-delà, ce qui en fait sa cohorte de bénéficiaires la plus étendue et la plus diverse à ce jour.

Pour la première fois dans son parcours d’octroi de subvention, le Fonds MATCH a fait recours à une nouvelle stratégie de recherche permettant d’identifier et d’appuyer des groupes dirigés par des filles, des femmes et des personnes trans* dissimulés dans les endroits les plus inattendus. Ces investissements permettront de miser sur des groupes qui ont le potentiel d’avoir un impact très significatif.

« Les partenaires parmi cette nouvelle cohorte sont des avant-gardistes qui s’organisent et défendent les droits des femmes, filles et personnes trans* dans des environnements très difficiles où les solutions provenant de groupes et mouvements féministes sont souvent exclus d’opportunités de financement, surtout pour soutenir leur fonctionnement general, » a déclaré Wariri Muhungi, directrice des programmes internationaux du Fonds MATCH.

En plus de ces 21 nouveaux partenaires (dont l’un qui doit demeurer confidentiel pour des raisons de sécurité), six autres nouveaux partenaires commenceront à recevoir du soutien et du financement au cours des mois à venir, totalisant au moins 27 organismes en 2019. Au total, environ 400 000  $ sera versé à ces nouveaux partenaires cette année seulement.

Le Fonds MATCH est un fonds mondial qui investit en organismes de droits des femmes sur plusieurs continents, y compris l’Amérique latine, l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud. Actuellement, son équipe se mobilise en vue d’élargir ses partenariats dans les Caraïbes à travers le programme Voix et leadership des femmes, financé par le gouvernement du Canada.

Ces investissements en programmes continueront, tout en créant de nouveaux partenariats, particulièrement visant deux régions prioritaires : l’Afrique francophone et le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (spécifiquement au Mali, au Sénégal, au Niger, au Burundi, au Madagascar, au Maroc, au Togo, en Tunisie, au Liban, en Irak, en Afghanistan et ailleurs encore.)

« En cherchant intentionnellement des groupes féministes qui sont exceptionnellement innovatrices en raison des réalités complexes auxquelles elles sont quotidiennement confrontées, nous fournissons une visibilité aux endroits mal desservis en ajoutant des régions-clés qui sont indispensables dans l’appui des femmes défenseures des droits humains, » a ajouté Muhungi.

Le travail diversifié des nouveaux partenaires féministes du Fonds MATCH

Dans cette cohorte, le Fonds MATCH a déniché des groupes qui occupent des intersections stratégiques dans le travail féministe, telles que les droits des femmes autochtones, des femmes handicapées, des employées de maison et autres travailleuses précaires, des personnes LGBT et queer, les droits des femmes rurales et la justice environnementale.

L’un des récents partenaires du Fonds MATCH est un nouvel organisme de l’Ouganda qui s’appelle HER Internet. Son travail consiste à fournir aux femmes queer, dont les LGBT et les personnes non-binaires de l’Ouganda les connaissances, les compétences et les ressources leur permettant de naviguer l’Internet de façon sécuritaire et d’utiliser la technologie à des fins de réseautage, de mobilisation et d’organisation.

HER Internet (l’Ouganda)

« Lors d’une session de formation en sécurité numérique que nous avons tenue, quelques-uns des participants ignoraient que les applications de médias sociaux qu’ils utilisaient recueillaient des données secondaires telles que leur emplacement, leur liste de contacts, la reconnaissance faciale, parmi d’autres infos », a expliqué un membre du personnel-cadre de HER Internet. « Ces applis, à moins d’être utilisées de façon sécuritaire, s’avèrent dangereuses, à la fois en ligne et hors ligne, à la présence d’un groupe de personnes déjà marginalisées. »

Un autre nouveau partenaire, Crown The Woman, est un organisme du Sud-Soudan qui élève le statut social, économique et politique des femmes et des filles au Sud-Soudan à l’aide de sa programmation.

Crown The Woman (Sud-Soudan)

« Il est difficile de recevoir du financement parce que l’on croit à tort que les organismes communautaires locaux n’ont pas la capacité d’effectuer un travail significatif », a indiqué le personnel de Crown The Woman. « En réalité, nous avons pu plaidoyer au nom de tant de questions féministes : entre mettre fin au mariage d’enfants et la violence liée au genre, à la consolidation de la paix et l’éducation. »

Le Fonds MATCH appuiera également la National Indigenous Disabled Women Association Nepal (NIDWAN), qui défend et appuie les droits des femmes autochtones handicapées, créant un lien entre les perspectives communautaires et le développement et la mise en place de politiques.

National Indigenous Disabled Women Association Nepal (NIDWAN)

« Les petites subventions aident les petits organismes comme NIDWAN, qui sont exclus du système traditionnel, à briser les anciens cloisonnements et combler l’écart à l’intérieur et au-delà du mouvement et du discours des femmes », a dit la directrice de NIDWAN.